jeudi 22 août 2019 Littérature

Zoomancie d'Adrien Tomas - Attention à la montée des eaux !

Dans un monde dévasté par les guerres et les catastrophes, les hommes sont coupés les uns des autres par une colère incessante.
À Kuala Lumpur, Spider, un hacker, échappe à de mystérieux ennemis, aidé par des araignées. Seuls survivants de la réserve de Mwanga, Kamili et Ushingi, l’un des derniers okapis, découvrent que l’ultime chance de l’espèce se trouve au cœur de l’Europe en ruines. À Paris, Faustine, trouve l’apaisement auprès des animaux du sanctuaire de Montvermeil. Quand une baleine échoue dans les Eaux, elle comprend que leurs âmes sont liées et que leur chant guérit les hommes de leur rage.
Mais pour combien de temps ? Car les forces lancées sur la piste de Spider s’intéressent de très près à la jeune fille et au cétacé. Et les responsables du carnage de Mwanga n’étaient peut-être pas de simples braconniers.

Zoomancie , subst. fém., occult. ,,Divination au moyen des animaux`` (Nouv. Lar. ill., Lar. encyclop.).

Zoomancie ou le chant d'agonie d'une planète

Aujourd'hui, 22 août, sort Zoomancie d'Adrien Tomas aux éditions Lynks, un roman jeunesse et engagé mêlant post-apo et considérations écologiques.

Agir pour sauver la planète est-il trop tard ?
C'est en effet de ce postulat qu'Adrien Tomas part pour construire l’intrique de Zoomancie, un roman résolument différent de ses précédents récits, dans lequel on ressent l'implication de l'auteur.

Pourtant, au fil des pages l'espoir semble resurgir. De façon ténue, certes, mais pourtant il est bien là.
Qui sont donc ces "zoomanciens" qui semblent chacun partager un lien particulier avec un animal ? Nature humaine, pas d'espoir... Et si l'avenir était ailleurs ?

Qui sera assez fort pour renverser le cours des choses ? Faustine et sa baleine ? Spider et sa horde d'araignées ou bien le sensible Kamili accompagné de Ushingi, une okapi réchappée d'un massacre ?
Et est-ce seulement possible ?

Un scénario terrifiant et pourtant crédible

Adrien Tomas nous plonge dans une terre submergée par la montée des eaux, où la vie est devenue difficile, voir très difficile et où l'espoir tient du mirage.

Tel Water Knife de Paolo Bacigalupi, Adrien Tomas s'attaque à un problème qui nous concerne tous, le réchauffement climatique et ses conséquences.
Toutefois, exit les déserts, ici la terre a été recouverte par les eaux et l'ordre économique mondial s'est renversé. Cette inversion donne un point de vue intéressant et permet de remettre en question l'ordre établi actuel.
Et si c'était nous les pauvres ? Les réfugiés ? Comment réagirions-nous ?

(A faire lire aux politiques et à tous les climato-sceptiques pour les faire réfléchir !)

A noter, des idées technologiques intéressantes avec par exemple des routes qui utilisent le soleil pour permettre aux véhicules de rouler. D'ailleurs, de telles solutions sont actuellement envisagées, mais se heurtent actuellement à des échecs.

Une intrigue aux voix multiples

Trois héros, trois caractères.

Outre la trame de fond qui nous fait découvrir un monde à la déroute, les lecteurs découvrent par la même occasion le destin souvent balloté de trois jeunes adolescents, Faustine, toujours en colère - seul son travail auprès des animaux du Zoo de Montvermeil semble réellement la calmer, Spider, le hacker mystérieux et dangereux (en parfaite adéquation avec son animal totem) et le doux Kamili qui va se retrouver à devoir faire face à une situation traumatisante lorsque la réserve où il officie est purement et simplement saccagée. 

Ces trois personnages sont tous "sur le fil". Toutefois, ils ont un point commun : la colère qui les anime, mais qui tend à s'émousser au contact des animaux avec lesquels ils tissent des liens profonds et emplis de mystère.
Des animaux qui semblent la solution à la situation dans laquelle ils se trouvent. Car en dehors de cette terre ravagée, un mystérieux virus a contaminé la population, la rendant allergique à l'amour et aux sentiments positifs.

Un monde à la dérive, une mystérieuse et sinistre organisation...
Nos héros ont bien du pain sur la planche et non pas vraiment le temps de s'étonner sur leurs nouveaux statuts de "zoomanciens". Heureusement... Ils ne sont pas seuls et comme dit l'adage : "L'union fait la force".

Mais peut-on encore avoir espoir dans l'humanité ?

Un livre engagé

Avec Zoomancie, Adrien Tomas pose un univers de post-apo où la solidarité n'est plus une option, où le monde est sur le point de se consumer suite aux erreurs passées, à l'incapacité de l'humanité de se remettre en cause et à agir.

Zoomancie, c'est comme un chant terriblement beau et triste à la fois... Tel le chant d'une baleine...

Parfois cynique, parfois triste, la plume d'Adrien a le mérite de faire réfléchir. Il nous rappelle l'importance de la nature, la nécessité urgente de la protéger, mais aussi l'importance de l'empathie et des sentiments positifs entre êtres vivants (au sens large).

Ah ! Et j'ai presque failli oublier d'en parler ! J'ai beaucoup apprécié les citations musicales que l'auteur ajoute à chaque début de chapitre. Cela apporte une touche originale et poétique.

"You know they say
That time will take a hold you
Well
You kill the voice or it kills you"
One October song - Nico Stai

Personnellement, j'avoue avoir du mal à avoir de l'espoir pour le futur et ce roman m'a beaucoup touché. Mais peut-être que tout n'est pas perdu. Alors... Haut les cœurs et bonne lecture !

Résultat de recherche d'images pour "frise florale"

Pour conclure, ce roman est une excellente porte d'entrée sur le genre et pour sensibiliser le public jeunesse (même si je pense qu'il l'ait plus qu'on ne le pense.).

Pour en savoir davantage sur l'écriture de ce roman, je vous invite à découvrir l'interview. d'Adrien Tomas.

Et vous ? Quel serait votre animal totem ? Baleine, okapi, araignée ou carrément autre chose ?