vendredi 10 février 2017 Littérature

L'Impasse-Temps - Dominique Douay

Afficher l'image d'origineC’est peut-être le fantasme ultime, c’est en tout cas le plus puissant des pouvoirs : parce qu’un jour il a trouvé ce qui ressemblait à un briquet, Serge Grivat un homme timoré, vaincu d’avance, tout le contraire d’un battant, voit l’impossible arriver : désormais, il peut quitter le cours du temps.

Virtuellement invisible, il peut donner libre cours à tous ses penchants, tous ses désirs : dîner gratuitement à la Tour d’Argent, soulever les jupes des belles passantes immobilisées, vider le contenu du portefeuille des messieurs... Mais quel est le revers de ce pouvoir, quelle malédiction se trouve à l'œuvre ?

Dominique Douay

Dominique Douay, né à Romans-sur-Isère, est un écrivain français de science-fiction.

Afficher l'image d'origine

Après des études de droit, il entre en 1970 dans l'administration française. Parallèlement, il dirige l'hebdomadaire Drôme-Demain, lié au Parti Socialiste, et commence à écrire de la science-fiction : sa première nouvelle, « Les Ides de Mars » est publiée dans Fiction en 1973, qui sera suivi de sa nouvelle « Thomas », elle aussi publiée par Fiction, remporte le Grand Prix de la science-fiction française en 1975.

Durant les années 1970, il publiera une dizaine de romans et de recueils de nouvelles dans la mouvance de la science-fiction politique de gauche de cette époque, à l'instar de Jean-Pierre Andrevon : il participe par exemple aux anthologies Banlieues rouges (OPTA, 1976), Retour à la terre 2 (Denoël, 1976), et Planète socialiste (Kesselring, 1977). Pendant la même période, il publie également de nombreuses nouvelles, tant dans la presse spécialisée (Fiction, Galaxie, Univers…) que dans les quotidiens (Libération ou Le Monde) et écrit de nombreuses critiques, notamment pour Politique Hebdo dont il devient un collaborateur régulier entre les années 1978-1982.

Afficher l'image d'origine

C'est en 1984, qu'il crée avec Patrice Duvic et Jean-Pierre Andrevon la collection "Fictions" aux Éditions La Découverte. Malgré sa courte existence, cette collection permettra de faire connaître de nouveaux auteurs, tant américains, notamment le mouvement cyberpunk avec William Gibson, que français. Il participe également à la collection "Futurs" des Éditions de l'Aurore, avec Jean-Pierre Andrevon et George Barlow.
En 1989, il reçoit le Prix spécial de la science-fiction française pour Les Voyages ordinaires d'un amateur de tableaux (Éditions Valpress), fruit de sa collaboration avec le peintre Michel Maly, l'un des fleurons de l'École lyonnaise de peinture.

Les années 1990 marqueront une rupture provisoire avec l'écriture : il se consacre alors à l'enseignement et à la formation. Il ne revient à l'écriture qu'en 2008 avec la nouvelle "Chambre d'hôte" publiée par la revue Fiction. Il fait son véritable retour en 2014, en commençant une série de rééditions et d'inédits chez les Moutons électriques.

Voyager à travers le temps, bénédiction ou malédiction ?

Domminique Douay nous entraîne dans ce court roman à nous poser nombre de questions au travers des aventures de son héros Serge Grivat.

Comme pour Michel Jeury, une partie importante de l'œuvre de Dominique Douay est marquée par l'influence de Philip K. Dick, à travers les thèmes de la folie, de l'altération de la réalité ou de la manipulation du temps. Thèmes largement abordé dans L'Impasse-Temps.

L'Impasse-Temps pourrait s'apparenter à un croisement entre La Peau de Chagrin d'Honoré de Balzac et La Métamorphose de Franz Kafka. Dans ces deux récits l'homme et son humanité sont bien mis à mal.

Résultat de recherche d'images pour "peau de chagrin"Serge Grivat n'est pourtant pas ce qu'on nomme un foudre de guerre ! Looser patenté, il est auteur de bandes dessinées en galère. Nous le rencontrons alors qu'il est en train de se faire plaquer par sa dernière copine. Plus ou moins résigné, il ne sait même pas comment faire tourner cette rupture à son avantage ou du moins en statu-quo et s'enfuit lâchement.
Marchant dans Paris, il se fait bousculer le long du parapet d'un pont où il s'était arrêté pour regarder le paysage. Par inadvertance, l'individu qui le bouscule laisse tomber un objet qu'il ramasse machinalement. Un briquet ?
Ce n'est que de retour dans son hôtel de seconde zone qu'il l'utilise par réflexe pour allumer une cigarette alors qu'il est au téléphone avec Lise, une amie de toujours.
Pourtant... Aucune flamme ne s'échappe de l'étrange objet, mais un phénomème fou et inexplicable : le monde se fige... D'abord déboussolé Serge va tenter plusieurs fois l'expérience d'allumer et d'éteindre "la vie" dans le monde, tout en testant diverses choses. Cette aubaine va d'abord lui permettre de se "venger" des injustices du monde (syndrôme du Calimero). Mais rapidement ces expériences vont aller crescendo dans la provocation, la lubricité, etc, corrompant ainsi son âme.
Une véritable addiction se met en place dans laquelle il se retrouve totalement piégé. De bénédiction, cette trouvaille devient le point de départ d'une véritable descente aux enfers. Jusqu'où le ménera cette soif du pouvoir ?
Saura-t-il trouver la force de s'en sortir ? Quel sera le revers de cette médaille ? Sera-t-il maudit tel le Roi Midas ?

"Le sentiment de toute-puissance amène à commettre des erreurs. Moi, c'était toujours la même erreur que je commettais, en l'amplifiant à chaque fois.
De l'ostentation. Oui, je pense que ce terme convient.
Au début, j'avais souffert de ne pas avoir de public. Puis j'en avais trouvé un. A présent, il me fallait l'étonner, le tenir constamment en haleine.
Du cabotinage, plutôt."

L'Impasse-Temps est un roman déroutant qui distille une ambiance malsaine, tout droit issue de l'esprit malade et corrompu de Serge Grivat. Notre héros est, pour moi, un anti-héros. On n'éprouve aucune pitié ou compassion à son égard. Il fait montre d'une rare dépravation, en éxagerant de façon démesurée ses actes d'un narcissisme profond. On l'entend presque crier : "Regardez moi ! Mais regardez moi !" du fond puant de sa perversion.
Toutefois ses aventures ont le mérite de faire réflèchir sur la condition humaine, les plaisirs terrestres, le conflit entre désir et longévité, etc. Serge Grivat, un homme faible a qui l'on donne soudain la possibilité de réaliser ses désirs va progressivement basculer dans la folie et atteindre un point de rupture. Le terme d'impasse prend alors tout son sens.

L'Impasse-Temps est un très bon roman qui permet de se poser nombre de questions malgré un contexte et un héros qui dérangeront certains lecteurs. Un petit bémol sur le déroulement de l'intrigue qui se perd un peu au milieu du roman au sein des méfaits et excentricités du héros.

L’impasse-temps [poche]Auteur : Domminique Douay

Editeur : Les Moutons Electriques

Collection : Hélios

Nombre de page : 192p

ISBN : 9782361831653