mercredi 11 janvier 2017 Littérature

L'Effet Churten - Ursula Le Guin

Afficher l'image d'origineDans le vaste univers de l'Ekumen, tout voyage prend des années. Difficile de garder des relations avec sa famille et ses amis lorsque l'on doit passer d'une planète à l'autre. La galaxie est une mosaïque d'histoires humaines... Jusqu'au jour où on découvre par hasard l'effet Churten, une sorte de transport instantané, abolissant les distances comme jamais entre les mondes.

Encore faut-il le maîtriser et l'utiliser à bon escient...

S'inscrivant dans le cycle grandiose de l'Ekumen, ces trois histoires racontent la découverte de cette nouvelle technologie, ses premiers essais, ses premières réussites et ses premiers drames.

Quelques mots sur l'auteure

Afficher l'image d'origineNée en 1929 à Berkeley en Californie, Ursula Le Guin est une des grandes dames de la science-fiction. (Elle est d'ailleurs régulièrement citée dans Morwenna de Jo Walton)
Elle a collectionné les prix pendant toute sa carrière notamment avec ses deux cycles majeurs, l'Ekumen et Terremer.
Ces dernières années, elle est entrée au panthéon de la littérature américaine en étant choisie pour faire partie de la Library of America, une maison d'édition prestigieuse publiant des classiques sur le modèle de La Pléiade, et en recevant la médaille de la National Book Foundation, pour son impact sur l'héritage littéraire des États-Unis.

Les trois nouvelles de L'Effet Churten se place dans la continuité du célèbre Cycle de l'Ekumen (ou Cycle de Hain).

Le Cycle de l'Ekumen

Il y a des centaines de milliers d'années, Hain/Davenant a colonisé de nombreux mondes, dont la Terre. Les populations de la plupart ces mondes ne se distinguaient que peu du type physique que nous connaissons. Mais sur quelques mondes, les colonisateurs hainiens, pour une raison inconnue, ont usé du génie génétique pour créer des peuples plus différenciés, comme les "hilfs" (Highly Intelligent Life Form) de Rocannon (Le Monde de Rocannon) ou de la planète S ou comme les androgynes de Gethen/Nivôse (La Main gauche de la nuit).

Afficher l'image d'originePour une raison inconnue le contact entre ces mondes fut rompu et, sur chacune de ces planètes, chaque peuple a fini par se croire l'unique représentant de l'Humanité.

Renouant avec le voyage interstellaire à une vitesse subluminique (NAFAL, Nearly As Fast As Light), Hain/Davenant décide de reprendre contact avec certains peuples, dont celui de la Terre et Urras/Anarres (système de Tau Ceti).

Certains éléments font penser qu'une Ligue de tous les mondes a d'abord existé puis a été détruite par "l'Ennemi" (les Shings, dont on ne sait pas grand chose) et que l' Ekumen a ensuite pris le relais. D'autres laissent à croire que la Ligue de tous les mondes et l'Ekumen ne sont que deux aspects d'une même réalité.

L' Ekumen a été rendu possible en grande partie grâce à l'invention de l'ansible, un dispositif de transmission instantanée de l'information dû aux découvertes cétiennes en physique temporelle (communications à une vitesse supraluminique). Le voyage physique, quant à lui, reste soumis aux principes de la physique classique et donc à l'impossibilité de dépasser la vitesse de la lumière ; il s'effectue sur des vaisseaux qualifiés de NAFAL (Nearly As Fast As Light). Il a pu exister un moyen de transport plus rapide que la lumière (FTL - Faster Than Light) inutilisable pour les êtres vivants, mais cette technologie semble avoir une incidence sur les discontinuités évoquées par l'auteure. Par ailleurs, une application de la physique temporelle cétienne semble permettre le transport instantané des personnes (churten) au prix d'effets temporels et psychologiques surprenants (Pêcheur de la mer intérieure).

C'est dans cette logique que s'inscrit la parution de L'Effet Churten et de ses trois nouvelles :

  • L'histoire des Shobbies
  • La Danse de Ganam
  • Le Pêcheur de la mer intérieure

Qui n'a jamais rêvé de voyager à travers l'espace ?

De visiter l'Univers, bravant ainsi les distances et le temps ?
Au travers de ces trois nouvelles, Ursula Le Guin nous invite à un fantastique voyage où tout devient possible... Ou presque.

Qu'est-ce-que l'Effet Churten ? Comment fonctionne-t-il et quelles sont ses conséquences sur l'Univers ? Et sur l'homme ?

Afficher l'image d'origineIl n'est pas très important d'avoir lu le Cycle de l'Ekumen, même si cette lecture complète indéniablement, notre approche de L'Effet Churten. Pour aborder ce recueil, il suffit de savoir que nous nous situons dans un univers de space opera où les voyages d'une planète à une autre de l'Ekumen prennent de longues années. Mais c'est sans compter l'émergence d'une nouvelle technologie, le churten, qui permet désormais d'accomplir des voyages instantanés sur des distances galactiques.

Les trois nouvelles se répondent entre elles, via les personnages, les découvertes scientifiques, etc.

Les voyages en churten ne sont pas sans risques, et l'équipage du Shobby en fera la dure et déroutante expérience. Pourquoi les membres d'équipage ne vivent-ils et ne ressentent-ils pas les mêmes choses ? Arriveront-ils à retrouver l'harmonie ?
Cette première nouvelle pose beaucoup de questions quant la viabilité et la dangerosité du churten. Des thématiques très importantes, comme les sensations, la construction d'une idée, d'un ressenti, les liens entre les personnes et les répercussions qu'ils peuvent avoir entre eux, créent le maillage de L'histoire des Shobbies. Une première nouvelle qui possède une portée philosophique, ainsi qu'une réflexion sur l'homme et la conscience extrêment intéressante.
La lecture de cette nouvelle a été assez ardue pour moi car le côté philosophique et scientifique entremêlé m'a parfois un peu perdue. Toutefois, après relecture des passages qui posaient problème et analyse du contenu, tout a fini par s'éclairer. Ce récit est dense et recèle de nombreuses pistes d'observation et pourquoi pas de débats.

La Danse de Ganam est en quelque sorte de suite de L'histoire des Shobbies. Ici, le récit aborde d'autres problématiques de L'Effet Churten, comme l'approche et la compréhension de nouveaux peuples (croisement entre conquistador version spaciale et ethnologiste) et ses conséquences. Les soucis de perception vécus par les Shobbies étant connues, Dalzul (dans une moindre mesure), Forest, Riel et Shan (ancien membre du Shobby) arriveront à "se mettre sur la même longueur d'onde" pour appréhender les évènements sur Ganam.
Cette nouvelle est plus simple que L'histoire des Shobbies. Le caractère scientifique est mis de côté au profit de la découverte d'un nouveau peuple et de l'apprentissage de sa culture (Les Christophe Colomb de l'Espace !). La question des souvenirs, de ce qu'on l'on projette inconsciemment sur l'inconnu par rapport à ce que l'on connait, sont autant de pistes de réflexion posées par Ursula Le Guin dans ce récit de voyage.

Afficher l'image d'origineEnfin, le Pêcheur de la mer Intérieure, prend la forme d'un compte-rendu d'expérience (sous forme de lettre ouverte); c'est en effet un simple paysan d'une lointaine planète qui nous raconte son histoire. Pourtant, c'est loin d'être aussi simple !
Cette nouvelle diffère un peu des autres car elle se situe (chronologiquement) avant les deux premières. Le churten a été découvert mais reste en cours d'expérimentation. Les voyages humains n'ont pas encore eu lieu.
Tiokuan'n Hideo, fermier sur la planète O, envoie à l'École ékumènique de Hain et au laboratoire de recherches en Churten à Vé Port une missive expliquant son étrange expérience. L'auteur tisse sa trame à partir d'un petit conte touchant que racontait la mère du héros, ancienne Mobile déracinée à son fils. Cette mise en abîme du récit permet d'introduire les thèmes du temps, de la mort et de la perte. Ce que font perdre irrémédiablement les voyages intergalactiques...
Le Pêcheur de la mer Intérieur est l'histoire le plus beau et poétique du recueil.

Malgré les risques, l'Effet Churten exerce involontairement son attraction sur nos héros et nous vivons à travers eux cette fantastique épopée scientifique et humaine.
La quatrième de couverture de l'Effet Churten annonçait les « premiers essais, premières réussites et premiers drames » de cette technologie révolutionnaire. Lu et approuvé !

Ps : Pour les novices en SF qui voudrait lire un premier roman de space-opéra, je conseille plus de commencer par L'Opéra de Shaya de Syvie Lainé que je trouve plus facile d'accès.

N'hésitez pas à commenter et à partager !

Auteure : Ursula Le Guin

Editeur : ActuSf

Collection : Hélios

Illustrateur : Casimir Lee (aussi illustrateur de L'Origine des Victoires)

Nombre de page : 200p

ISBN : 978-2-36629-831-4