mardi 21 juin 2016 Littérature

Le Club des Punks contre l’Apocalypse Zombie – Karim Berrouka

Afficher l'image d'origineParis n’est plus que ruines.
Et le prix de la cervelle fraîche s’envole.
Heureusement, il reste des punks.
Et des bières.
Et des acides.
Et un groupe électrogène pour jouer du Discharge.
Le Club des punks va pouvoir survivre à l’Apocalypse.
Enfin, si en plus des zombies, les gros cons n’étaient pas aussi de sortie…
 
Il est grand temps que l’anarchie remette de l’ordre dans le chaos !
 
Les zombies ont envahi Paris. Un groupe de punks décide de profiter de la situation pour faire flotter le drapeau anarchiste sur la tour Eiffel. Mais, dans l’ombre, des rescapés du Medef ourdissent également un plan infernal.
Mêlant univers punk et humour, ce roman post-apocalyptique, ode à l’anarchie et à l’amitié, aborde aussi des questions de société.
 
Un livre qu’il est bien par les temps qui courent !

L’auteur, un électron libre

Grand fou devant l’Éternel, Karim Berrouka, a été (et l’est encore) chanteur et parolier du groupe punk Ludwig von 88 (A noter pour les lyonnais que les Ludwig seront en concert début décembre au Transbordeur !). C’est aussi un romancier français de science-fiction, directeur de publication de La Fabrique de Littérature Microscopique, anthologiste, nouvelliste, et directeur de collection aux éditions Griffe d’Encre.

Drôleries, humour grinçant et cervelles politiquement incorrectes, Karim nous livre ici, un roman d’aventures de sept contestataires de tous bords vivant dans un squat à Paris, le « Collectif du 25 ». Ces punks plus ou moins intelligents au premier abord, seront-ils là où on les attend le moins ?!

Le Club des Punks contre l’Apocalypse Zombie est paru en Mai 2016 aux éditions ActuSf.

 

Punks, zombies, fin du monde et luttes sociales !

Un programme détonnant et un pari fou pour ce roman paru chez ActuSf il y a un mois. (Un futur programme politique ? cela laisse songeur…)

7 Punks (à ne pas confondre avec les 7 nains) se retrouvent livrés à eux-même dans un Paris dévasté, le jour où ils aperçoivent des parisiens commençant à s’entredévorer. Ils songent au prime abord à un mauvais trip avant de réaliser (dans un éclair de lucidité bienvenu) que l’apocalypse zombie a débuté… Ne sachant si cela ne touche que la Capitale ou le monde entier, nos braves compères profitent de la situation pour réaliser leurs rêves dans la mesure du possible.

C’est ainsi que Fonsdé et Deuspi, comme deux gosses à qui on vient d’offrir un nouveau joujou, testent la musique punk sur les zombies tout en s’amusant aux dépens des CRS honnis retranchés dans un magasin; tandis que Kropotkine, anarcho-libertaire-autonome, peut enfin mettre en œuvre son grand projet… Faire flotter le drapeau noir de l’Anarchie sur la capitale ! Sans oublier Mange-Poubelle, freegan inventif allergique au savon, Eva alias Miss Antitout et les deux punks à chiens : Glandouille et Pustule.

Tout ceci est bien joli, mais faire mumuse avec des zombies qui partent en quenouille, ne règle pas tout et très rapidement des questions existentielles comme, « comment se ravitailler? », se posent. Commence alors une épopée pour survivre au milieu d’un Paname en proie à une masse grouillante de décérébrés bavants et mordants.

Afficher l'image d'origine

Bisou ?

Le premier bon point de ce roman est son côté fun-trash, grâce aux péripéties de nos héros plus ou moins déglingués, qui tiennent plus du grand n’importe quoi que d’autre chose. Première cause de rire et de détente, nos keupons se lancent dans des actions parfois tellement farfelues, qu’il est difficile d’essayer de chercher comment ça a pu leur passer par la tête ! D’ailleurs… Quand tu es un lecteur sensible au No Future et que l’idéologie néo-libérale est ta bête noire, voir s’affaisser tout ça a un côté salvateur et bienfaisant. Les ennemis de nos héros ne sont pas non plus en reste (spécial dédicace à certains personnages et organismes actuels qui ne vivent pas bien la transformation !) et il est savoureux de lire leurs déboires causés soit par les zombies… soit par notre joyeuse troupe d’olibrius.

Afficher l'image d'origineL’autre bon point est tout simplement l’écriture de Karim Berrouka légère, drôle, acide et décalée qui se prend à moitié au sérieux, voir pas du tout. Pour avoir lu Fées, Weed et Guillotines, ce roman est, de mon point de vue, beaucoup plus abouti au niveau de la structure narrative et du déroulement de l’action.

De plus, Le Club est Punk contre l’Apocalypse Zombie est excellent roman où les rebondissements et retournements de situation sont servis à foison et où l’humour, totalement anticonformiste et politiquement incorrect a la part belle !

Karim Berrouka a réussi le pari d’un mélange savoureux et détonnant où le roman oscille entre délire post-apocalyptique et mysticisme religieux, tandis que nos punks préférés s’exercent avec des expérimentations musicales aux conséquences parfois surprenantes tout en construisant une société idéale basée sur les grands principes de l’Anarchie.

A noter que si vos idées politiques se situent plutôt à droite, vous risquez de rire un peu jaune, mais les autres se distrairont beaucoup !

Le Club des Punks contre l’Apocalypse Zombie est un remède contre la morosité conseillé par Le Comptoir de l’Écureuil.

Afficher l'image d'origine

 

Titre : Le Club des Punks contre l’Apocalypse Zombie

Auteur : Karim Berrouka

Éditeur : ActuSf

Illustrateur : Diego TRIPODI

Nombre de pages : 416p

ISBN : 978-2-36629-816-1