lundi 14 avril 2014 Manga/BD

Djinn - Entre Orient et Occident

Bonjour ! J'espère que vous avez tous passé un excellent week-end. Pour ma part, je suis allée à la fête des Pennons et... Il n'y avait pas grand chose, c'est fort dommage.

Enfin... Je me suis vengée en achetant l'édition collector de Djinn - Le cycle Ottoman !

Alors que j'ai déjà les 4 tomes... Mais c'est tout simplement une édition superbe !

Afficher l'image d'origine

(Edition Collector)

Mais...Qu'est ce que Djinn?

Djinn est une série de bande dessinée qui a commencé en 2001 (publiée chez Dargaud), sur un scénario de Jean Dufaux et des dessins et couleurs d'Ana Mirallès (On la retrouve au dessin sur Muraqqa, une autre série prometteuse). La série compte actuellement trois cycles : le cycle Ottoman (tomes 1 à 4), le cycle Africa (tomes 5 à 9) et le cycle India (à partir du tome 10).

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origineAfficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

  

L'histoire :

Le cycle Ottoman raconte deux histoires. La première se passe vers 1910-1920 et met en scène le couple anglais des Nelson (Harold et Miranda) et Jade. La deuxième met en scène Kim Nelson, la petite fille de Jade sur la piste de son aïeule.

Ce 1er cycle est axé sur Kim Nelson. Cette jeune Anglaise débarque à Istanbul (Turquie) en quête de l’histoire de sa grand-mère Jade qu’elle n’a pas connue, mais dont elle a beaucoup entendu parler. Cette dernière était la favorite du Sultan Murati, surnommé le Sultan Noir, qui lui avait demandé de séduire le diplomate anglais Lord Nelson. Malheureusement, les plans du Sultan ne se passent pas exactement comme prévus.... Et le piège se resserre sur le lord anglais et sa femme, puis sur Kim de nos jours (sans oublier les "légers" dégâts collatéraux qui découleront des changements d'avis de Jade.). En effet, il ne faut pas oublier que les femmes du harem exerçaient un pouvoir souterrain et possédaient une grande influence sur la politique.

Le cycle Ottoman raconte les parcours initiatiques de Jade, Miranda (la femme de Lord Nelson) et bien sûr Kim; parcours parsemés d’embûches, de bonnes et de mauvaises surprises…

Le contexte :

Le contexte historique est très marqué dans cette série basée sur la véritable trame de l'Histoire, relatant notamment le soutien des Turcs aux Allemands pendant la première guerre mondiale avec l’évocation d'Enver Pacha (on rencontre successivement les ambassadeurs anglais puis allemand). Le récit est, par le jeu d'entrelacement des époques, toujours à la limite du fantastique et de l'ésotérisme (on peut parfois se sentir un peu déboussolé par l'enchevêtrement des 2 intrigues Jade/Kim).

Djinn, kesako?

Le mot "Djinn" désigne un esprit magique bon ou mauvais dans le monde oriental. Nous avons tous croisé des Djinns dans la vie de tous les jours. Par exemple, le génie d'Aladdin.

DjinnAli

Ou pour les joueurs, dans les Final Fantasy ou League Of Legend (Malzahar).

malza

Enfin, on peut aussi retrouver ce type de personnages dans les mangas, comme par exemple les Djinns protecteurs des Princesses de Chizerta Tarta et Tatra dans Magic Knight Rayearth (Clamp).

Afficher l'image d'origine

   

Les djinns sont des créatures surnaturelles issues de croyances de tradition sémitique (Moyen-Orient). Ils sont en général invisibles (mais on les voit souvent sinon ça serait pas drôle), pouvant prendre différentes formes (végétale, animale, ou anthropomorphe). De plus, ils possèdent la capacité "d'influence spirituelle" et mentale sur le genre humain (contrôle psychique), mais ne l'utilisent pas forcément. C'est cette caractéristique que Jean Dufaux exprime dans son récit au travers de Jade et de sa descendance. (On voit apparaître le prénom Jade en bas du dos de Kim, comme manifestation du Djinn qui l'habite.)

Revenons à nos moutons : (ou nos Djinns !)

Toute cette petite chronique pour vous dire que cette série est un petit bijou, tant sur le plan scénaristique qu'au niveau du dessin. On voyage, on découvre et on plonge dans un monde inconnu, où se mêle l'orient et l'occident, l'amour et la trahison, réalité historique et dessous des cartes.... Tout cela dans un monde oscillant entre lumière et ténèbres...

Personnellement j'aime beaucoup le style de dessin d'Ana Mirallès et ses couleurs chatoyantes. Son trait s'harmonise parfaitement avec l'ambiance d'un harem (les tissus en transparences... <3), le soleil d'Istanbul... Et puis il faut bien avouer que Jade est royale.... Et féline (je trouve qu'elle a quelque chose de la panthère.). Pour ce qui est de l'écriture, Jean Dufaux sait comment nous dépayser et on se retrouve vite à osciller entre la réalité et un monde fantasmagorique. J'ai parfois du mal avec ce côté fantastique (surtout dans le 4ème tome. A voir par la suite l'évolution.) Toutefois, une fois qu'on a commencé à découvrir le destin de Jade, les intrigues politiques et amoureuses nous happent et ne nous laissent pas repartir si facilement (envoutement de djinn ?). En somme... C'est à lire !

Comme vous l'aurez compris, je vous recommande chaudement (Ifrit, Djinn de Feu), cette saga. J'espère que comme moi, vous l'apprécierez.

Ps : Si certaines (ou certains) d'entre vous on du mal avec les scènes érotiques (légères), s'abstenir.

djinnfin